Évaluation sur le circuit

Petit-déjeuner des garagistes

Évaluation sur le circuit

22 octobre 2021 agvs-upsa.ch – Chez le partenaire de service officiel Ferrari et Maserati, Octane 126 AG, l’activité quotidienne et les courses sont étroitement liées. Les équipes ne sont pas séparées dans l’atelier implanté dans l’imposant bâtiment neuf. Riet Bulfoni, le diagnosticien d’automobiles qui a décroché la 8e place aux championnats du monde des métiers à Abou Dhabi en 2017, explique pourquoi.

octane_126_-_06092021_-_juerg_a_stettler_-_001_benutzerdefiniert.jpg
L'imposant nouveau bâtiment de garage situé juste à côté de l'autoroute et du centre commercial Glatt. Photo : médias de l'USPA

jas. « Nous ne sommes pas un garage classique », déclare en souriant Sylvia Matitschka, responsable marketing, communication et ventes chez Octane 126 AG, lorsqu’elle nous accueille. Elle a mille fois raison ! Le garage se situe à côté de l’autoroute. Un immeuble de bureaux de 18 étages, un hôtel de la chaîne B&B et les nouveaux locaux commerciaux du spécialiste Ferrari et Maserati, caractérisés par l’imposante façade en verre et en fausses briques trônent désormais sur l’ancien site de l’usine de robinetterie Wallisellen Arwa.

En tant que partenaire de service officiel Ferrari et Maserati, les Zurichois prennent en charge avec professionnalisme des voitures de course et de sport, mais travaillent aussi au sein d’une écurie. Cette approche, qui renforce la crédibilité du garage auprès de ses clients, est source de défis particuliers pour l’équipe de l’atelier. « Le travail n’est pas ordinaire chez nous. Il nécessite du dévouement et de la passion », explique Riet Bulfoni. Le diagnosticien d’automobiles grison s’est hissé à la 8e place aux championnats du monde des métiers à Abou Dhabi en 2017. À l’heure actuelle, il est responsable de la Ferrari 488 GT3 et, depuis peu, chef d’atelier chez le spécialiste Ferrari.

csz_3688.jpgLa Ferrari de course de 670 cv bolide d'Octane 126 pendant un arrêt au stand. Photo : Octane 126

En 2013, l’écurie Octane 126 commence par le Ferrari Challenge et gagne le premier titre de champion du monde de la Trofeo Pirelli Pro Serie. Trois titres de champions du monde et quatre de champions d’Europe plus tard, elle figure parmi les écuries privées les plus couronnées dans le monde. En tant que première écurie Ferrari, les Suisses souhaitent gagner la course de 24 heures sur le circuit du Nürburgring et conquérir l’enfer vert. Le bolide de compétition se trouve actuellement dans le coin de l’atelier. « C’est ma voiture », affirme Riet Bulfoni, les yeux étincelants. « Le coronavirus a secoué la saison des courses automobiles, mais nous sommes ravis de pouvoir courir à nouveau. » Contrairement aux écuries des constructeurs, celle des Zurichois est entièrement gérée par les propriétaires. Le garage ne dispose d’ailleurs que d’une équipe qui travaille dans la compétition et sur les réparations quotidiennes. « Chez nous, tout le monde tire à la même corde. L’union fait la force. Chacun de nos clients profite donc de notre expérience des courses », martèle-t-il.

octane_126_-_06092021_-_juerg_a_stettler_-_070_benutzerdefiniert.jpgLe diagnosticien automobile Riet Bulfoni a décroché un diplôme pour l'AGVS en se classant huitième lors des championnats du monde professionnels 2017. Photo : médias de l'USPA

La visite du garage se poursuit au sous-sol, où une Ferrari neuve de série passe de la station de lavage dans laquelle chaque voiture est nettoyée à la main et au jet d’eau haute pression, à l’ascenseur qui dessert les différents étages. « Nous sommes capables de nous occuper de tous les travaux ici. Le véhicule arrive, nous le réparons et le préparons et il ne quitte le bâtiment que lorsque nous le restituons au client », indique Sylvia Matitschka. Le sous-sol abrite également un département spécial dans lequel des spécialistes travaillent sur des pièces en carbone et sur des révisions de moteurs et de transmissions. Les locaux sont équipés de leur propre système de renouvellement de l’air en dépression pour éviter que des grains de poussière ou des particules de saleté compromettent le résultat des courses. Grâce à l’immense savoir-faire technique de l’équipe et l’expérience de la compétition, le remplacement de pièces défectueuses ne constitue pas la seule opération d’une révision complète ou partielle d’un moteur ou d’une boîte de vitesses. « Si le client le souhaite, nous optimisons ou modifions les rapports de démultiplication de la boîte », indique Sylvia Matitschka.

L’ascenseur monte au 1er étage qui abrite sur 1000 m2 les véhicules de clients que l’équipe de vente tente de remettre à de nouveaux propriétaires. « Lors de cette consignation, nous nous occupons de toute la vente pour le client et préservons sa vie privée », ajoute Mme Matitschka. Le véhicule subit un contrôle exhaustif. Tous les travaux requis sont enregistrés et réalisés pour qu’il puisse être vendu en parfait état et muni du label « Ferrari Approved » ou de la garantie étendue Maserati. Octane 126 gère tout le processus de vente. Un étage plus haut, dans une salle sèche et tempérée, d’autres véhicules de clients sommeillent et attendent patiemment d’être à nouveau utilisés. « Nous proposons aux clients de tout le pays un service d’enlèvement et de livraison et nous transportons aussi les véhicules dans d’autres endroits. Récemment, nous avons amené une Ferrari 812 à Saint-Tropez », déclare Mme Matitschka alors que nous nous faufilons entre les bijoux automobiles. « Une demi-journée serait idéale pour que nous puissions à nouveau tout examiner sur toutes les coutures avant le départ du client. »

xxx-bildung-octane_126_-_06092021_-_juerg_a_stettler_-_018.jpg
Un ascenseur ramène la Ferrari de la station de lavage à la salle d'exposition. Photo : médias de l'USPA

Nous sommes de retour au rez-de-chaussée, où Riet Bulfoni et ses collègues s’affairent sur divers véhicules derrière une grande baie vitrée au travers de laquelle les clients peuvent les observer. Deux collaborateurs Octane 126 replacent le capot du moteur de 670 chevaux de la 488 Challenge bleu foncé ornée de touches orange. Pour que les collaborateurs ne s’ennuient pas, le garage est en train de mettre sur pied une nouvelle activité. « Nous l’appelons ‹Récréation› », affirme Mme Matitschka. « Une Youngtimer dans son état ordinaire sert de base. » En fonction des désirs du client, la plupart des pièces d’origine sont remplacées, mais l’apparence est conservée. Outre une technique et une électronique renouvelées, l’équipe Octane 126 travaille sous le vénérable capot pour faire du véhicule une pièce unique. Elle s’occupe actuellement d’une Alfa Romeo Spider. Une Lancia 037, un classique des rallyes, et une Maserati Biturbo, sont également prêtes et attendent leur renaissance.

img_20210720_084900.jpg
Cette Alfa Romeo Spider bénéficie d'une nouvelle vie. Source : Octane 126

Comment un garage si extraordinaire trouve-t-il donc des apprentis suffisamment passionnés ? « Pour beaucoup, moi y compris, c’est un rêve de travailler dans un garage Ferrari qui fait aussi des compétitions », concède M. Bulfoni, qui, grâce à ses solides connaissances, sa formation continue de diagnosticien d’automobiles et son expérience des concours des métiers pour l’UPSA, dispose du profil idéal pour l’emploi. « Nous recevons beaucoup de candidatures. Nous organisons ensuite un entretien d’embauche avant de passer sur le circuit. » Pardon ? « Oui, vous avez bien entendu, l’évaluation se déroule sur le circuit, car on ne peut pas s’y cacher. Il faut faire preuve d’esprit d’équipe, gérer son stress et rester performant, même si la nuit de sommeil a été courte. Nous voyons alors immédiatement si les apprentis ou les professionnels conviennent à l’entreprise. »

octane_126_-_06092021_-_juerg_a_stettler_-_003_benutzerdefiniert.jpgChez le partenaire de service officiel de Ferrari et Maserati, Octane 126 AG, les mêmes employés travaillent sur les véhicules de production des clients que sur les voitures de course. Photo : médias de l'USPA

Riet Bulfoni explique que dans la compétition, il est impossible d’appeler le client et le faire patienter si un problème prend plus de temps que prévu. Il faut en effet avoir trouvé une solution d’ici au début de la course. « C’est une bonne école pour le quotidien. Les journées sont parfois longues, mais je savais à quoi m’attendre », admet le champion d’Europe des métiers 2016. « Sans compter qu’il est captivant de trouver des solutions avec les ingénieurs, les mécaniciens et les pilotes. » Grâce à son excellente formation, le jeune homme de 26 ans a une carrière fulgurante dans le job de ses rêves. Recommanderait-il la formation continue de diagnosticien d’automobiles à d’autres jeunes mécatroniciens ? « La compréhension technique, l’approche analytique et l’identification de défauts sont des compétences utiles, mais ce métier ne convient pas à tout le monde », indique le Grison, « Par ailleurs, un chef d’atelier a également besoin dans son équipe de mécatroniciens bien formés et pas seulement de diagnosticiens. »
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

3 + 17 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires