L’UPSA contribue à compliquer la vie des contrebandiers

7 mai 2019 agvs-upsa.ch – De temps à autre, des véhicules franchissant la frontière sont sélectionnés et examinés sous toutes les coutures par des spécialistes du Corps des gardes-frontière (CGF). Mais comment s’assurer que les gardes-frontière maîtrisent la technique automobile moderne actuelle ? Le centre de formation de la section UPSA Oberland bernois est un partenaire important en matière de formation initiale et continue des spécialistes du CGF.
 

Les cachettes possibles sont manifestes sur le véhicule utilisé lors de la formation.​


si. La lutte contre la contrebande organisée et contre la criminalité transfrontalière sollicite fortement les fonctionnaires du CGF et nécessite des connaissances techniques spéciales. C’est pourquoi le CGF emploie toute une série de spécialistes dans divers domaines.

Il s’agit par exemple de spécialistes de l’inspection de véhicules routiers. Ils sont formés à la recherche et à l’extraction de marchandises de contrebande cachées dans les cavités des véhicules d’après les principes de la sauvegarde de traces. Ce sont des gardes-frontière qui ont suivi une formation initiale dans un métier technique de l’automobile ou qui ont une affinité pour la technique. Ils doivent absolument être familiers des nouveautés des véhicules, et en particulier des possibilités de dissimulation dans ces derniers.

Ils disposent de véhicules spécialement équipés de nombreux moyens techniques de tous types. Ils doivent toutefois faire preuve de savoir-faire, d’expérience et de patience, car l’inspection d’un véhicule peut durer plusieurs heures.

Familiarité avec la technique ­automobile
Lors des cours qui ont lieu périodiquement à Mülenen, le centre de formation de la section UPSA Oberland bernois, les experts techniques, qui disposent naturellement aussi de solides connaissances de la protection des frontières, sont formés aux dernières techniques automobiles. Les blocs théoriques constituent la base des travaux pratiques sur des véhicules ou des systèmes qui occupent une place importante.

Le programme pédagogique porte sur des sujets essentiels liés à la dissimulation de marchandises de contrebande. Voici une sélection de ces sujets abordés lors des cours.

L’outil de la carte de sauvetage
Les cartes de sauvetage spécifiques à un modèle sont extrêmement utiles compte tenu de la diversité des marques et des types de véhicules. Ces documents ont été créés parce que les systèmes de propulsion alternatifs tels que les hybrides ou les voitures électriques sont susceptibles de se révéler très dangereux, en particulier pour les pompiers et les sauveteurs. En grande partie librement accessibles sur Internet, les cartes de sauvetage contiennent notamment des renseignements sur les emplacements où sont installés les différents sous-systèmes tels que les batteries, les airbags ou les réservoirs de carburant. Elles expliquent souvent aussi comment débrancher la batterie.

Utiliser ou créer une cavité
Les contrebandiers modifient les véhicules en partie avec grand professionnalisme pour dissimuler au mieux la marchandise de contrebande. Les femmes et les hommes spécialement formés du CGF doivent donc connaître les systèmes qu’ils rencontrent dans leur travail lorsqu’ils cherchent des cavités servant de cachettes.

À titre d’exemple, les évidements proportionnellement volumineux prévus pour les airbags sont très prisés. Il est par conséquent indispensable que les travaux concernés soient effectués d’après les consignes de l’atelier. 

Les contrôleurs doivent également être au courant des mesures à prendre pour isoler la source de courant, c’est-à-dire la ou les batteries. Enfin, les importantes mémoires électroniques ne doivent pas être effacées. Les gardes-frontière restaurent généralement l’état original des systèmes au terme du contrôle.

Les pneus, magasins de marchandises
Outre les divers récipients accueillant des liquides ou des gaz, les contrebandiers aiment à dissimuler leurs marchandises dans la roue de secours. Les pneus doivent souvent être démontés puis remontés. Les spécialistes doivent ainsi maîtriser les particularités des différents systèmes de contrôle de la pression des pneus (TPMS).

En présence d’indications ou de soupçons de dissimulation de marchandises, les spécialistes de l’installation à rayons X mobile pour le contrôle des bagages (MOGRA) peuvent analyser les composants. Comme leur nom l’indique, il s’agit d’appareils à rayons X similaires à ceux utilisés dans les aéroports.

Comme les contrebandiers sont très « innovants » et qu’ils utilisent des véhicules aussi peu voyants que possible, il arrive que les spécialistes doivent se pencher sur des voitures hybrides ou entièrement électriques. Capables de délivrer des tensions pouvant atteindre 1000 V, les systèmes haute tension souvent employés nécessitent des connaissances particulières. Il importe tout particulièrement de désactiver le système haute tension avant le début des travaux de révision. Les fiches de sauvetage sont là encore très utiles. Elles indiquent les emplacements des composants HT et expliquent la méthode de mise hors tension.

Cette liste non exhaustive des sujets abordés pendant le cours montre que les spécialistes de l’inspection de véhicules doivent posséder des connaissances complètes de la technique automobile. Notons également que le centre de formation de Mülenen peut contribuer, en tant que partenaire du CGF, à compliquer la vie des contrebandiers.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires