Un anniversaire particulier

Diagnosticien/nes d’automobiles

Un anniversaire particulier

10 decembre 2021 upsa-agvs.ch – « Autonome, prompt à la décision, persévérant. » C’est avec ces trois adjectifs que Werner Bieli décrit le profil de diagnosticien/ne d’automobiles C’est déjà la 200e fois dans l’histoire de l’UPSA que se déroule l’examen professionnel de cette formation professionnelle supérieure. 


Concentré sur la recherche d'erreurs : un aspirant mécanicien de diagnostic automobile pendant son examen professionnel. Source: UPSA-Médias.
sco. L’histoire de ce cursus nous ramène en 1991. Depuis moins longtemps, mais 20 ans tout de même, Werner Bieli est un nom incontournable dans la formation de diagnosticien/ne d’automobiles avec brevet fédéral : de 2002 à 2014, en tant que membre de la commission d’examen, puis comme président de cette commission. Il restera à ce poste pendant encore deux ou trois ans. « Jusqu’à ce que le nouveau règlement d’examen et les directives y afférant soient établis. J’espère que mes collègues me supporteront d’ici là... », ajoute en plaisantant Werner Bieli.
 
Retour sur l’année 1991 : l’Union soviétique se désagrège, Flavio Cotti est le président de la Suisse, Tim Berners-Lee, 'informaticien britannique du CERN de Genève, lance le World Wide Web, des voitures comme Opel Frontera, Hyundai Lantra ou la VW Golf III font leur entrée sur le marché. Aucun modèle réellement révolutionnaire dans l’histoire de l’automobile... Cependant, l’étendue et la complexité de la technologie ont évolué dans de telles proportions qu’un nouveau métier a dû être créé. Werner Bieli : « Avec l’intégration de l’électronique, les systèmes de diagnostics dans l’automobile ont pris une importance considérable, et l’aspect mécanique a été relégué au second plan. Cela veut dire que la formation des diagnosticien/nes d’automobiles a été précisément conçue autour du diagnostic. La recherche ciblée et systématique d’erreurs sur les sous-systèmes d’un véhicule a toujours été et restera au cœur de la formation de diagnosticien/ne. »


Les mécaniciens de diagnostic automobile sont des polyvalents et des généralistes dotés d'excellentes connaissances techniques.

Au cours de ces 30 années, la formation a été constamment adaptée aux besoins. Werner Bieli considère le nouveau règlement d’examen de 2004 comme une étape cruciale, permettant la modularisation de la formation. Les douze modules décrivaient les contenus de la formation pour chacun des sous-systèmes : modules 1 à 6 avec les connaissances de base, modules 7 à 9 avec les connaissances des sous-systèmes pour les voitures de tourisme. Concernant les poids lourds, les modules 10 à 12 ont été élaborés. « Ainsi, pour la première fois dans l’histoire des diagnosticien/nes d’automobile, une véritable spécialisation a vu le jour, avec la distinction entre la technologie des véhicules de tourisme et celle des véhicules utilitaires. »
 
Dix ans plus tard, cette formation modulaire a été remplacée par la formation orientée vers les compétences. Pour réussir l’examen professionnel, il ne fallait plus réussir chacun des modules, mais passer avec succès un examen final compact et synthétique. En outre, l’examen professionnel était réalisé par un coordinateur ou une coordinatrice BF. Werner Bieli : « Une analyse indiquait à l’époque que des connaissances non techniques devaient être intégrées dans la formation. On a conclu que l’intégration de compétences méthodiques et didactiques, ainsi que les connaissances sur la gestion et les processus de l’atelier, en plus du contenu technique existant, sortiraient du cadre de la formation. »
 
Depuis, Werner Bieli et ses collègues de la commission travaillent de nouveau à modifier le règlement d’examen. « L’importance des technologies de propulsion a fait un bond en avant. Les carburants fossiles sont en baisse, remplacés par les moteurs électriques, hybrides ou au gaz. Cette réalité nécessite un changement des principaux éléments de la formation. À partir de 2022, les futurs diagnosticiens/nes et les coordinateurs/trices d’atelier seront formés et testés sur les systèmes de propulsion alternatifs. Une révision partielle du règlement d’examen existant doit ainsi être élaborée. »
 
Près de 170 diagnosticiens/nes d’automobiles et coordinateurs/trices d’atelier passent chaque année l’examen professionnel. La situation de l’emploi dans ce secteur reste néanmoins tendue. Grâce à leur formation vaste et approfondie, ces profils sont très recherchés par d’autres branches également. « Cela signifie que beaucoup de jeunes sont attirés par d’autres secteurs et délaissent notre branche. Il est donc plus important que jamais que notre formation soit intéressante, moderne et pointue. C’est la condition pour garder chez nous les diagnosticiens et les coordinateurs compétents », ajoute Werner Bieli
 
Car la branche est dépendante de ces généralistes polyvalents dotés d’une remarquable formation technique. C’était ainsi en 1991, cela le restera en 2031.

Experts d’examens recherchés

Sans expert, pas d’examen professionnel. Chaque année, quelque 300 experts interviennent pour les examens de diagnosticien/nes d’automobiles avec brevet fédéral pour l’UPSA. Par conséquent, l’association cherche constamment des experts d’examens pour cette formation supérieure.

Prérequis : détenir un diplôme de diagnosticien/ne d’automobiles BF avec au moins trois ans d’expérience en tant qu’expert aux examens de fin d’apprentissage. Temps à prévoir : entre deux et cinq journées par an.
Les personnes intéressées peuvent s’adresser à Hansruedi Ruchti : hansruedi.ruchti@agvs-upsa.ch
 

Les experts de l'examen du 200ème examen professionnel de « mécanicien de diagnostic automobile APF ».

Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

1 + 8 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires