Faire confiance à ses propres capacités

Portrait de femmes

Faire confiance à ses propres capacités

11 juillet 2022 agvs-upsa.ch  Barbara Germann est membre du comité central de l’UPSA depuis 2019 et vice-présidente de la section Berne. Dans le cadre de ses activités au centre de formation de la sous-section UPSA Oberland bernois à Mülenen, Barbara Germann est en contact direct avec la relève de la branche automobile. Dans cet entretien, elle nous confie sa vision de la thématique « Les femmes dans le secteur automobile » et nous parle des actions concrètes de l’UPSA en faveur de ses collègues femmes dans le domaine de la formation. 

artikelbild.jpg
Elle s’engage depuis de nombreuses années pour la branche automobile et la relève : Barbara Germann, membre du comité central de l’UPSA. Source: UPSA-Médias

cym. «Les femmes ont un réel enthousiasme pour la branche», déclare Barbara Germann, membre du comité central de l’UPSA. Elle en a la confirmation lors de ses rencontres avec les jeunes filles qu’elle voit dans le cadre du programme de bricoleuses, qui est organisé dans la sous-section de l’Oberland bernois depuis 3 ans. L’offre «tüftlerin.ch» a pour but de susciter l’enthousiasme des jeunes filles de 10 à 12 ans pour les métiers techniques en dehors du cadre scolaire et de les sensibiliser à la thématique. Et non sans succès. Elle ajoute toutefois: «Au final, peu importe de savoir si vous avez affaire à une femme ou à un homme. Ce qui compte, c’est la personne en elle-même: ses aptitudes personnelles et sa volonté d’exploiter son potentiel.» Plutôt que d’imposer des quotas, il est plus important de créer des structures et des conditions générales adaptées aux femmes. Le séminaire des femmes de l’UPSA constitue un bon exemple. Cette femme de 58 ans plaide en faveur d’une plus grande ouverture dans les écoles et chez les personnes ayant des charges éducatives.  «La société continue à catégoriser fortement les professions, et les parents peuvent jouer un rôle important pour que le choix professionnel des enfants, et plus particulièrement des filles, puisse évoluer sans a priori.» 

B. Germann, quant à elle, a pu grandir sans subir de restrictions dans ses choix professionnels. Enfant, elle était entourée de femmes fortes et engagées sur le terrain. «C’est peut-être pour cela que ma perception de la branche automobile était différente. Pour moi, c’était naturel», explique-t-elle. De 1995 à 2007, B. Germann a dirigé le garage familial avec une quinzaine de collaborateurs. Auparavant, elle avait acquis une grande expérience auprès des importateurs Alfa Romeo et Fiat à Genève et au Tessin. «Ces employeurs m’ont mise au défi et m’ont appris à m’affirmer en tant que femme.» En tant que responsable de l’entrepôt de pièces de rechange et plus tard comme responsable marketing, il m’a fallu surmonter quelques obstacles et lutter contre certains préjugés. «Mais je considère que c’est aussi une bonne école de la vie pour nous, les femmes», ajoute-t-elle en riant. 

Elle a été élue au comité central de l’UPSA en 2019. Elle n’est que la deuxième femme dans cette fonction. Par conséquent, il serait faux de la considérer comme un objet de curiosité. Ce n’est pas non plus ce qu’elle ressent. «Elle est simplement très rare», ajoute-t-elle avec un clin d’œil. Quand on l’interroge sur les qualités nécessaires à cette fonction, elle répond: «De bonnes relations au sein de la branche, du temps, de la flexibilité, des connaissances linguistiques et, bien sûr, une grande passion pour le secteur automobile.» C’est peut-être précisément le facteur temps qui explique souvent la difficulté de recruter des jeunes cheffes d’entreprise dans les conseils d’administration: gérer son entreprise, se perfectionner et/ou fonder une famille...pas facile de tout concilier!
 
Dans sa réponse à cette question, B. Germann souligne également l’importance qu’elle attache à la confiance et au soutien de la section Berne, qui l’a nommée. «C’était le bon moment et je me sentais tout à fait correspondre à cette fonction.» Les liens avec la base et la relation d’estime avec les membres de la section lui tiennent aussi à cœur. «Je peux contribuer à façonner l’avenir de l’association, des sections et des membres et je suis impliquée dans les décisions stratégiques importantes; cela me motive beaucoup, mais cela me permet aussi d’aborder cette fonction avec un grand respect et un sens élevé des responsabilités», dit-elle avant d’ajouter: «En définitive, il faut toujours se rappeler qui est le client.» En l’occurrence, il s’agit des membres de l’UPSA.  

Au sein du comité central de l’UPSA, le travail est effectué au sein de commissions. B. Germann a une longue expérience dans les domaines des relations publiques et du marketing professionnel. Par son activité au sein du centre de formation, elle est également proche de la formation professionnelle. Au sein du comité central, il était donc évident de lui donner des responsabilités dans la commission de la formation. «Les jeunes d’aujourd’hui sont beaucoup plus attachés à la technologie qu’ils ne l’étaient par le passé. De plus, leurs propres intérêts et leur libre épanouissement personnel sont mieux pris en compte. Cela a un impact sur leurs choix de carrière possibles, ce qui est certainement un atout pour notre branche, qui évolue dans un environnement absolument passionnant sur le plan technique. Cela joue aussi positivement sur la proportion de femmes», explique-t-elle.  Mais il ne faut pas oublier que les technologies avancées nous placent tous face à de grandes exigences, alors que chaque personne se développe et assimile les choses à son propre rythme. «Dans nos relations avec les personnes en formation, il est donc d’autant plus important de ne jamais oublier les valeurs fondamentales comme les bonnes manières, le respect, les règles et le temps nécessaire à l’écoute», affirme B. Germann. «En plus de trouver des solutions communes et de créer des conditions générales cohérentes, cela est tout à fait fondamental pendant la formation.» 

En ce qui concerne la relève féminine, B. Germann entrevoit également un potentiel dans les nouveaux métiers du commerce de détail, qui débuteront cet été: «Je suis impatiente de voir l’impact des nouvelles formations de base. J’imagine très bien qu’avec les formations révisées dans les domaines de la vente et de l’après-vente, les femmes seront plus nombreuses à entrer dans la branche automobile.» Pour ce qui est des formations de base techniques, la branche évolue à un niveau stable au niveau de la proportion de femmes, avec même une tendance à la hausse réjouissante dans le domaine des véhicules utilitaires.

Et dans la formation, Barbara Germann attache une importance particulière à quelque chose: la remise des diplômes. «La réussite de l’apprentissage est à mes yeux un jalon et une étape marquante dans la vie professionnelle de chaque jeune. Il faut donc organiser une fête à la hauteur de cet événement et permettre de réunir une fois encore tous les acteurs.» Un apprentissage professionnel terminé avec succès, c’est également le résultat d’un entourage préservé, qui s’est engagé collectivement et s’est tenu aux côtés de la relève pendant la période de formation. «Pour que notre association et notre branche se souviennent des jeunes professionnels et pour communiquer à ces derniers qu’ils sont nos championnes et nos champions, nous leur remettrons la médaille de l’UPSA lors de la cérémonie de remise des diplômes qui se tiendra dans l’Oberland bernois», annonce B. Germann. Cette fête doit également symboliser le fait que la branche compte désormais sur eux. «Même si personne ne sait quel chemin prendra la médaille et où elle sera accrochée dans quelques années.» 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

3 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires