Comment l’UDC entend s’engager pour les garagistes

13 septembre 2019 agvs-upsa - L’UDC entend s’engager demain pour les automobilistes et les garagistes. Le parti s’oppose par exemple à l’augmentation du prix de l’essence, au manque de places de stationnement ou aux chicaneries. Dans l’entretien qu’il a accordé à AUTO­INSIDE, son président, Albert Rösti, a expliqué pourquoi les membres de l’UPSA devaient voter pour son parti. 
 

abi. Monsieur Rösti, pourquoi les garagistes de l’UPSA devraient-ils voter UDC cet automne ?
Albert Rösti : Parce que l’UDC est aussi le parti des automobilistes. Nous nous opposons comme aucun autre parti à l’augmentation du prix de l’essence, à l’interdiction des moteurs à combustion ou à des chicaneries telles que les interdictions de circuler, le manque de parkings ou les arnaques incongrues des amendes.

Où en est actuellement votre parti sur les questions liées au trafic ?
Nous avons considérablement contribué à la création du Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) pour étendre les capacités dans le trafic routier. Nous nous engageons avec véhémence pour étendre les capacités afin de réduire les innombrables heures passées dans les embouteillages. 

Les garagistes subissent une pression croissante, croulent sous la réglementation et la paperasserie et se plaignent de perdre de plus en plus leur liberté d’entreprise. En quoi l’UDC peut-elle leur venir en aide ?
Sur tous les sujets, l’UDC s’engage pour une réglementation minimale ainsi que pour des impôts et des taxes peu élevés. Au cours de ces douze derniers mois, j’ai débattu dans quasiment tous les cantons des améliorations concrètes nécessaires avec des groupes d’artisans, où la branche automobile était en général représentée. Ainsi, nous continuerons par exemple de nous opposer farouchement à un durcissement de la loi sur le CO2 ou à de nouveaux critères environnementaux.

Contrairement à d’autres partis, l’UDC a décidé de ne pas faire figurer l’environnement dans son programme. Pourquoi ?
Il faut démasquer les partisans rouges ou verts qui prophétisent la fin des temps sur un ton pseudo-religieux. En vérité, il est question de la sempiternelle revendication de la redistribution. Les socialistes ont montré au monde entier comment ils ont détruit l’environnement et la prospérité, sous le contrôle de l’État. Le Venezuela est le dernier exemple en date.  

Ulrich Giezendanner a affirmé récemment que l’UDC devenait le parti de l’hydrogène, entre autres parce que Walter Frey fait partie de l’association de promotion Mobilité H2 Suisse. Que pense votre parti de la mobilité à l’hydrogène, au gaz naturel/biogaz et électrique ?
Notre parti soutient l’égalité entre toutes les sources d’énergie. Il faut limiter au maximum les prescriptions et éviter les subventions provoquant des distorsions de concurrence. Ainsi, les innovations compétitives s’imposeront plus rapidement. L’État ne doit pas s’immiscer car souvent, les subventions sont mal allouées. L’hydrogène pourrait être une telle innovation. C’est pourquoi j’ai moi-même participé à l’élaboration de sa campagne de promotion. Mais il faut laisser travailler les entreprises privées. Nous n’avons pas besoin de l’État à ce niveau.

L’interview complète d’ Albert Rösti semble dans l’édition 09/19 d’AUTOINSIDE.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires