Une promesse nostalgique pour l’avenir

Remise des brevets fédéraux

Une promesse nostalgique pour l’avenir

9 June 2022 agvs-upsa.ch – Nouveaux professionnels pour véhicules anciens: les restauratrices et restaurateurs de véhicules se sont vu remettre leur brevet fédéral dans un cadre solennel au Musée Pantheon de Muttenz (BL). L’intérêt pour la technique et l’histoire de ces biens culturels roulants, principalement des années de production de 1945 à 1980, les unit.
 
Le prochain démarrage de la formation de restaurateur de véhicules avec brevet fédéral est prévu pour octobre 2022. Les personnes intéressées pourront s’informer à ce sujet lors de la soirée d’information du jeudi 30 juin 2022, ou du mardi 23 août 2022. Lieu: Centre de formation de l’UPSA Section Soleure, Gerolag Center Olten. Une inscription via fahrzeugrestaurator.ch/fr est souhaitée.

34_pantheon.jpg
Les restaurateurs/trices de véhicules sont désormais parfaitement armés dans leur entreprise de restauration en tant que chefs d'atelier pour le conseil, le calcul, la planification et la réalisation des travaux pratiques. Les photos : Médias UPSA

mig. Que diriez-vous d’une Maserati 4CS de 1933 avec une puissance de 175 ch? Ou plutôt un coupé Bentley avec un moteur six cylindres et une cylindrée de 4257 centimètres cubes datant de 1937? «Un Volvo Amazon Kombi», déclare d’emblée Tamara Meier, de Scantrade Classics GmbH à Lostorf (SO). «J’ai le droit de réparer, de restaurer et de conduire régulièrement ce véhicule au travail – il me va bien», ajoute la restauratrice automobile qui a obtenu le brevet fédéral. Avec elle, deux autres femmes et sept hommes ont passé avec succès l’examen professionnel de restauratrices et restaurateurs de véhicules, orientation technique automobile, organisé pour la cinquième fois. Un candidat a été certifié conseiller en restauration. 
 
L’UPSA, Carrosserie Suisse et l’organisation d’intérêt suisse des restaurateurs de véhicules (IgFS) ont élaboré ensemble cette formation modulaire de deux ans en cours d’emploi. Les restaurateurs de véhicules protègent un bien culturel: ce sont des professionnels spécialisés et expérimentés pour la remise en état, la maintenance et l’entretien de véhicules historiques. Ils possèdent également les compétences nécessaires pour entretenir, restaurer ou réparer des carrosseries et des composants automobiles. «J’adore exercer mon métier sur un moteur à combustion», explique Marco Keller, diplômé de Franks Originale. Après son apprentissage de mécatronicien d’automobiles, Patrick Steinacher s’est lui aussi intéressé davantage aux véhicules anciens qu’à l’électromobilité. «Les clients aiment les véhicules avec du caractère, ceux qui racontent une histoire. C’est la nostalgie qui compte», explique Patrick Steinacher, de Robert Huber Autotechnik AG, à Wohlen (AG).
 
Pour marquer l’enthousiasme pour l’histoire de la mobilité, la remise des brevets fédéraux s’est déroulée au Musée Pantheon de Muttenz. Avant le dîner et les festivités, entourés de véhicules anciens, il a été possible de visiter l’exposition spéciale «Unterwegs auf eigenen Rädern: Basler Verkehrsgeschichte(n) 1833 – 2022» (Se déplacer sur ses propres roues: histoire(s) des transports à Bâle 1833 – 2022). Dans son discours, le fondateur du musée, Stephan Musfeld, a évoqué la naissance du musée avec ses imposantes pièces d’exposition, abordant la préoccupation commune de toutes les personnes présentes. Il a raconté qu’il n’a terminé ses études que plus tard parce qu’il voulait d’abord réparer son propre véhicule pour sa lune de miel.
 
La diplômée Tamara Meier est d’accord avec le fondateur du musée: «L’intérêt pour l’histoire de ces véhicules est un facteur primordial pour réussir cette formation. Bien entendu, cela ne peut se faire sans assiduité et initiative personnelle.» Ajoutant que les experts soutiennent bien les participants et les préparent à l’examen dans un atelier spécialement aménagé à cet effet. Sina Bolognesi de Rosser GmbH, à Berne, et Vinzenz Rubin de Ackermann AG, à Dotzigen (BE), ont obtenu les meilleures notes avec chacun un 5.0. «À mon avis, les voitures anciennes sont à la base des véhicules modernes d’aujourd’hui. Un essieu arrière, par exemple, a été très peu développé depuis 100 ans», explique Sina Bolognesi, chez qui l’amour des véhicules anciens est de famille.

04_pantheon.jpg
Sina Bolognesi et Vinzenz Rubin ont tous deux terminé leur formation continue avec la note 5,0.


La famille et l’environnement privé en général, une source d’inspiration et de soutien pour la réussite de la formation continue. C’est dans ce contexte qu’Olivier Maeder, membre de la direction et responsable de la formation à l’UPSA, a exprimé ses remerciements. À tous les experts, au jury d’examen, aux partenaires de formation ainsi qu’aux entreprises et aux proches des diplômés. «Sans eux, ce ne serait pas possible!», a-t-il affirmé, ajoutant: «Nos diplômés viennent non seulement renforcer notre secteur sur le plan technique, mais ils sont aussi les meilleurs ambassadeurs pour notre système de formation et l’image professionnelle des restauratrices et restaurateurs de véhicules.»
 
Christian Ackermann, président de l’IgFS, a également transmis ses meilleurs vœux: «Votre expertise est requise. Le changement de génération a lieu et vous avez maintenant les outils nécessaires pour plonger dans le secteur.» René Gauch de la Swiss Historic Vehicle Federation SHFV et Felix Aschwanden de la Fédération Internationale des Véhicules Anciens FIVA ont joint leurs félicitations aux siennes et repris cette image, attirant en outre l’attention sur «l’outil spécial» qu’il est désormais possible d’acquérir – dans différentes fonctions associatives, en tant qu’expert d’examen ou dans des cours de perfectionnement complémentaires. Leur appel: créer et entretenir un réseau, approfondir les connaissances acquises et partager les expériences. Pour le plus grand bien du secteur.

27_pantheon.jpg
De g. à d. : Felix Aschwanden (FSVL), Christian Ackermann (président de l'IgFS) et René Gauch (FSVL).
 
Une formation à valeur ajoutée pour les entreprises
La formation continue est l’épine dorsale de l’économie, car sans elle, les entreprises manquent de savoir-faire et d’experts. C’est ainsi que Marcel Wyler, président de la commission d’examen, s’est adressé aux personnes présentes au Pantheon. Le cinquième examen professionnel pour restaurateurs de véhicules a été équitable et a répondu aux exigences de qualité. «Cela leur profite, car ce diplôme augmente leur valeur sur le marché», a déclaré Marcel Wyler, qui occupait pour la première fois la place de président d’examen. Les candidats disposant d’une expérience pratique et ayant appris, durant leur formation, à maîtriser les compétences opérationnelles conformément au profil de qualification s’en sortent le mieux.
 
Dans leur entreprise de restauration, les restaurateurs de véhicules sont désormais parfaitement prêts à conseiller les clients et à calculer, planifier et réaliser les travaux pratiques en tant que chefs d’atelier. «Ils peuvent maintenant par exemple délester leurs supérieurs, optimiser des processus de travail coûteux et être une source d’inspiration pour les collaborateurs désireux d’acquérir eux aussi cette expertise», a expliqué M. Wyler, énumérant d’autres raisons pour lesquelles les entreprises profitent de l’aide qu’elles apportent aux professionnels dans leurs efforts de formation continue.

01_pantheon.jpg
L'UPSA et l'IgFS félicitent les diplômés qui ont réussi :
Dennis Betschart (Alvier Garage GmbH à Sevelen SG)
Sina Bolognesi (Rosser GmbH à Berne)
Cyrill Cardinaux (Neue Centrum Garage AG à Würenlos AG )
Markus Hinder (Liga Wil SG)
Sylvana Janietz (Madmotors GmbH à Kemptthal ZH)
Marco Keller (Franks Originale à Kriens SO)
Tamara Meier (Scantrade Classics GmbH à Lostorf SO)
Vinzenz Rubin (Ackermann AG à Dotzigen BE)
Patrick Steinacher (Robert Huber Autotechnik AG à Wohlen AG)
Diego Bandli (Autofocus AG Goodtimer à St. Margrethen SG) / Examen de certificat Conseil en restauration
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

15 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires