Stabilisation de la valeur résiduelle du diesel

29 juillet 2020 upsa-agvs.ch – La part de marché des voitures diesels a enregistré un fort recul. La valeur résiduelle des véhicules diesels s’est aujourd’hui plus ou moins stabilisée à un niveau bas. C’est ce que démontre une évaluation réalisée par Eurotax.​



abi/pd. Le diesel mène une véritable lutte aussi bien en Europe que sur le marché suisse des voitures neuves. Près d’une voiture sur deux roulait au diesel en 2016 en Europe et cette part de marché s’élevait encore à 29,5 % au quatrième trimestre 2019. La situation est comparable en Suisse et au Liechtenstein: la part d’immatriculations de véhicules diesels est passée de 37 % à 39 % entre 2014 et 2016, puis a baissé à 36 % en 2017. L’effondrement de ce segment s’est produit l’année suivante. «Les critiques des médias au sujet du diesel ont entraîné une baisse des immatriculations à 29,8 % en 2018 et même à 25,3 % en 2019», indiquait Eurotax. En 2020, elles se situent à 23,7 %. «En chiffres absolus, les immatriculations annuelles des véhicules diesels sont passées de 123 540 unités en 2016 à 78 564 unités en 2019.»

Les gagnants de cette chute sont d’une part les véhicules à essence, dont le nombre d’immatriculations est passé de 177 860 (2016) à 191 369 (2019). Mais les véhicules purement électriques en ont encore plus profité: leur nombre a en effet bondi de 3273 à 12 214 unités durant la période de référence.

Le développement de nouvelles immatriculations par carburant. Graphique Eurotax

Le recul du diesel se constate par exemple aussi dans le segment des SUV: tandis que plus d’un SUV sur deux circulait encore au diesel il y a quelques années, ce pourcentage est aujourd’hui passé à 26 % à peine. La part de diesel a également chuté à 43 % dans la catégorie moyenne, alors qu’elle qui évoluait entre 59 % et 65 % entre 2013 et 2017. «Une augmentation sensible de ce pourcentage à 52 % se dessine cependant pour l’année en cours», écrit Eurotax. Le spécialiste de toutes les informations de la branche automobile estime que cette reprise est due aux nombreux véhicules d’entreprise et de flottes ainsi qu’au renforcement du régime des pénalités fiscales relatives au CO2.

Le développement de nouvelles immatriculations par carburant dans le segment du milieu de gamme. Graphique Eurotax

La part de marché des voitures diesels recule également en ce qui concerne les changements de propriétaires: elle est actuellement de 31 % à peine. Le marché est toujours dominé par les véhicules à essence, qui représentent environ 66 %. Depuis le scandale du diesel en septembre 2015, les prix du diesel et les valeurs résiduelles sont sur une pente glissante. Eurotax a cependant constaté qu’ils s’étaient «plus ou moins stabilisés» à un bas niveau depuis le milieu de l’année 2019.


L'évolution des prix de l'approvisionnement en diesel de la classe d'âge de plus de 5 ans par rapport aux moteurs à essence, référencée au 1.1.2017. Graphique Eurotax

En ce qui concerne le marché de l’occasion, qui selon Eurotax, s’est étonnamment bien maintenu malgré le confinement et a même connu une évolution légèrement positive dans certaines classes d’âge, le spécialiste lâche un pronostic pour le moins timide. Il serait, selon lui, très difficile d’établir des perspectives pour les mois à venir et les indicateurs, tout comme les opinions, seraient en partie très divergents. «Nous partons du principe que les prix des occasions en Suisse pourraient, de manière générale, plutôt se retrouver sous pression, même dans le segment du diesel.»
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires