La mutation de la mobilité ouvre de nouveaux secteurs d’activité pour les ateliers

24 juillet 2020 upsa-agvs.ch – L’entrée en scène de technologies de propulsion alternatives dans les garages ne doit pas être considérée comme une menace pour l’activité. Dans un webcast, Olaf Henning, responsable Deuxième monte chez l’équipementier Mahle, a expliqué pourquoi et a énuméré les domaines dans lesquels de nouvelles opportunités se matérialisent du fait de la mutation.

20200723_mobilitaetswandel_text1_0.jpg
Source: Mahle

cst. De nombreux garagistes sont inquiets des évolutions qui touchent l’industrie automobile. Quelles technologies feront partie intégrante de l’atelier? Comment évoluera le travail du fait de la diversification du parc automobile? Quel sera l’équipement d’atelier adapté aux besoins de demain? La conférence de presse «Fit for Future Mobility – The Aftermarket of Tomorrow» s’est penchée sur ces questions et sur bien d’autres encore.

«D’après nous, l’entrée en scène de technologies de propulsion alternatives dans les garages ne doit en aucun cas être considérée comme une menace pour l’activité», a déclaré Olaf Henning, membre de la direction du groupe Mahle et responsable de la deuxième monte. Au contraire: «Nous discernons une série de domaines d’activité qui offriront de nouvelles opportunités et perspectives aux entreprises.»

D’après Mahle, la gestion thermique sera la nouvelle activité de demain pour les ateliers qui s’engagent dans la mobilité diversifiée. Jürgen Laucher, responsable Deuxième monte, a affirmé que les moteurs électriques et les hybrides renforceront l’importance de la révision des systèmes de climatisation. L’électronique de puissance et la batterie doivent en effet être refroidies, faute de quoi le système risque de tomber en panne. «La température idéale de la batterie est directement liée à son autonomie et à sa durée de vie.» À l’atelier, la révision de la climatisation contribue donc de manière décisive à la sûreté de fonctionnement de la voiture. 

L’équipementier est persuadé que toute la palette des formes de propulsion sera nécessaire pour garantir une mobilité durable dans le monde entier. «La technologie déployée dépend surtout du poids, de la finalité du véhicule et des conditions-cadres qui règnent sur les marchés.» La composition du parc automobile marquera de manière déterminante l’activité quotidienne des ateliers indépendants et de la deuxième monte.

20200723_antriebssysteme_text.jpg
Source: Mahle

Les scénarios de propulsion de Mahle, qui répliquent la mobilité de demain, permettent au groupe de se repérer parmi les évolutions technologiques. D’après eux, une voiture de tourisme sur deux sera encore équipée d’un moteur thermique en 2030, 10% d’entre elles seront munies d’un moteur diesel, 5% d’un moteur au GNC/GNL/GPL et un peu plus d’une sur trois sera dotée d’un moteur électrique, d’un système hybride ou d’une pile à combustible. Dans le segment des véhicules utilitaires, le moteur à combustion continuera de jouer un rôle de premier ordre encore bien plus longtemps.

20200723_antriebsszenarien_text.jpg
Source: Mahle

Que signifient ces scénarios pour la deuxième monte? «La diversité des propulsions conduira aussi à l’augmentation du nombre de pièces de rechange et d’appareils de service requis», a indiqué Olaf Henning. Les exigences qui pèseront sur la formation initiale et continue se durciront également. Il faudra donc des séminaires et des offres de formation adaptées. Enfin, le nombre de pièces modulaires qui recèlent des fonctions variées à bord du véhicule continuera de progresser.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires