Florent Lacilla est le meilleur mécatronicien d’automobiles

12 septembre 2020 metiersauto.ch – Calme et compétent: Florent Lacilla remporte les «SwissSkills Championships» 2020 des mécatroniciens(nes) d’automobiles. Le nouveau champion suisse s’est imposé face à de redoutables concurrents lors d’une compétition de trois jours.​


Les médaillés des "SwissSkills Championships" dans l'industrie automobile : (de gauche à droite) Yannick Henggeler, Florent Lacilla und Pascal Barmettler. Source: AGVS-Medien

abi. Six candidats et trois postes de deux heures chacun. Telle fut la situation de départ samedi pour les six meilleurs mécatroniciens d’automobiles. Ils avaient triomphé parmi 27 candidats et s’étaient qualifiés pour la grande finale de samedi. Des exercices exigeants portant sur la mécanique du moteur, la gestion du moteur et l’électricité de la carrosserie les attendaient. À l’un des postes, le moteur ne fonctionnait pas à cause d’un fusible défectueux. À un autre, c’était le ventilateur ou le clignotant d’un rétroviseur extérieur qui était en panne et au troisième, les candidats devaient s’acquitter d’un exercice de mesurage au cours duquel ils devaient démonter, mesurer et réassembler un moteur.

Les exercices étaient délicats et le temps était compté aux candidats qui participaient à une compétition parallèle, si bien qu’ils voyaient directement leurs concurrents. «Le niveau de la compétition était élevé. Et ce, malgré le fait que la crise du coronavirus ait eu un impact sur la préparation», s’est réjoui l’expert en chef Flavio Helfenstein. Les candidats ont surtout fait preuve de brio dans la recherche d’erreurs. «On remarque qu’ils le font souvent en pratique.» Leurs performances en mécanique du moteur ont été légèrement moins bonnes. «Ils s’occupent moins souvent de ces travaux dans leur entreprise», spécule le champion du monde 2011. La compétition a été fantastique dans l’ensemble, l’augmentation du niveau étant perceptible d’un jour à l’autre.



C’est Florent Lacilla, de Cottens (FR), qui a le mieux tiré son épingle du jeu. L’actuel champion suisse a conservé son titre samedi. «Je suis très content d’avoir gagné», a-t-il déclaré. «Je voulais absolument gagner pour me qualifier pour les WorldSkills en passant par l’Eurocup.» Il avait manqué les championnats du monde la dernière fois. Damian Schmid, qui était l’un des 16 experts aux «SwissSkills Championships», l’avait remplacé aux «WorldSkills». Florent Lacilla, qui a maîtrisé haut la main les postes et qui a même terminé certains exercices 30 minutes avant la fin, a indiqué que la compétition n’était pas plus facile que la dernière fois. «Les trois jours ont été exténuants, surtout le samedi avec les exercices de deux heures.»

Pascal Barmettler (Reitnau AG) et Yannick Henggeler (Oberägeri ZG) ont respectivement décroché les deuxième et troisième places. Avec Florent Lacilla, ils se sont qualifiés pour l’Eurocup, qui se tiendra à Dresde en décembre.

Florent Lacilla, qui s’est déjà imposé en demi-finale, ne doit pas du tout sa victoire au hasard, a constaté Olivier Maeder, le responsable de la formation à l’UPSA. «Florent travaille calmement, méthodiquement et rapidement. Il a mérité sa victoire.» À Mobilcity, à Berne, M. Maeder a eu l’occasion de suivre une compétition de haut niveau au cours de laquelle les jeunes professionnels ont mis à l’épreuve les connaissances techniques qu’ils ont apprises pendant leur formation. «Les participant étaient ambitieux et le nouveau format de la compétition les a mis à rude épreuve. Ils se sont tout de même amusés et étaient fiers de pouvoir démontrer leurs capacités.»



À cause de la pandémie de COVID-19, les «SwissSkills Championships» ont remplacé les «SwissSkills» et ont été organisés de manière décentralisée pour 60 métiers. L’UPSA a opté pour une compétition de trois jours à Mobilcity. Le jeudi, 26 candidats et une candidate étaient sur la ligne de départ sous le regard acéré des experts qui recherchaient le ou la meilleur(e) mécatronicien(ne) d’automobiles de Suisse. Douze d’entre eux se sont qualifiés pour les demi-finales pendant lesquelles ils devaient passer par six postes. Les six meilleurs candidats ont pu disputer la grande finale le samedi. «La procédure de qualification a augmenté la pression sur les participants. Chaque compétition a en outre recommencé à zéro, les candidats ne pouvant pas reporter leurs points de la veille», explique Olivier Maeder, qui était particulièrement ravi de l’excellente neuvième place décrochée par Vera Häner (Sissach BL), la seule femme parmi les 27 candidats. «J’espère bien sûr qu’il s’agit là d’une incitation et qu’il y aura plus de femmes à nos prochains championnats des métiers», déclare M. Maeder.

Un article exhaustif sera publié dans le numéro d’octobre d’AUTOINSIDE.

Vous pouvez trouver des impressions ici​.

Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires